Un blog un peu mode, un blog de rien, un blog de fille comme les autres quoi !, écrit par une intellectuelle en manque de superficiel !
Et résolument montréalais, le site...:-)

dimanche 25 avril 2010

Ma rencontre avec Gainsbourg...

Décembre 2001. Pour Noël, j'ai reçu un disque double de Serge Gainsbourg et un livre sur sa vie. Je connais l'existence de l'homme, sa réputation d'alcolo... Mais je n'ai pas rencontré son oeuvre, je ne connais pas sa vie.

Seule un soir, je décide de faire des beignes tout en écoutant le disque reçu. C'est "Le Poinçonneur des Lilas" qui ouvre le bal. Je pétris ma pâte en appréciant la musique, les paroles.

Pendant que les beignes lèvent, encore couverte de farine, j'ouvre le livre de Bernard Pascuito. Et je commence à lire. Les derniers moments de Serge débutent l'oeuvre... Décédé seul, dans l'Hôtel particulier de la rue de Verneuil, laissant dans le deuil les femmes de sa vie ainsi que de nombreux fans, Gainsbourg est mort à l'inverse de sa vie.

Et comme ça, pleine de farine, touchée, j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps pour un homme qui était décédé depuis plus de dix ans. J'ai lu le livre d'un coup, apprécié l'homme, ses provoc', ses sensibilités. Depuis ce jour, j'aime Serge Gainsbourg d'amour. Je n'ai pas pu aller à Paris sans faire un détour par l'hôtel particulier de la rue de Verneuil ni par sa tombe - deux fois plutôt qu'une...

Jane et Charlotte sont des icônes modes pour moi. Mais regardez... Regardez-les ! J'ai vu Jane deux fois en spectacle... Obsédée ?... Je vois pas de quoi vous parlez !

Le fameux panier en osier... Les mary-jane, le cabas...



L'ensemble de l'oeuvre, les converses, les vestons...

J'ai adoré le film Gainsbourg: vie héroïque, vu avec Miss Au la fin de semaine dernière. Un traitement bédé tout à fait approprié.

Bon, tout ça pour dire que j'adore les Gainsbourg/Birkin et qu'en voyant Charlotte à TLMEP, j'ai presque eu envie de pleurer. Ou de la prendre dans mes bras.

Voilà, vous connaissez maintenant mon amour immodéré pour tout le monde gainsbourien...

"C'est une défense de mettre un masque. Moi, je crois que j'ai mis un masque et que je le porte depuis vingt ans, je n'arrive plus à le retirer, il me colle à la peau. Devant, il y a toute la mascarade de la vie et derrière, il y a un nègre: c'est moi."

5 commentaires:

Jacou LeCroquant a dit…

Il était avant tout un musicien et un parolier doué. . L’homme et sa vie c'est une autre histoire, ou il semblait bien moins doué ! Il était peut-être même un solitaire égoïste et manipulateur... Donc comme tous, très attirant.

Monsieur X a dit…

Les larmes et la farine ne font pas un bon mélange... Tu devais être littéralement collée à ton livre!

Miss Au a dit…

Je me souviens dun soir où tu mas raconté et de certaines phrases qui sont restées, depuis, bien collées au fond de mon coeur... Cest vrai que cetait bon le film!

Miss Marie a dit…

@ Jacou: oui...

@ Monsieur X: C'est le cas de le dire, en effet !

Miss Marie a dit…

Oooooh et @ Miss Au: le soir où tu as su que j'aimais l'homme d'amour !