Un blog un peu mode, un blog de rien, un blog de fille comme les autres quoi !, écrit par une intellectuelle en manque de superficiel !
Et résolument montréalais, le site...:-)

mercredi 25 mars 2009

Je n'écris pas par narcissisme

Mes amies le savent, mes amis aussi, probablement... Mes vêtements, achetés au gré de mes compulsions, sont (presque, quand même) aussi importants à mes yeux que mes chats.

J'adore les vêtements, j'aime les posséder, les garder même au-delà de leur "date de péremption". Je les entretiens comme il faut, même si je les laisse trop souvent traîner par terre. Je crie quand je vois une tache, mais quand j'aime vraiment le truc, eh bien je le teins pour camoufler la tache (comme là !) et continuer de le porter. Je couds comme un pied et j'ai la machine à coudre la plus capricieuse en ville, mais je retouche mes vêtements lorsqu'ils ne me plaisent plus. Je coupe, j'ajoute des rubans, je change la couleur. Je suis en train de perfectionner un robe style '50s, achetée couleur peau (?!???!!?!!?? couleur peau ??? *&#$#@*&??%), maintenant noire, à la quelle j'ajoute un joli ruban... Je vous montrerai.  

J'aime aussi les beaux objets. Ceux dont le design m'impressionne, m'interroge, me parle... J'aime quand des objets purement fonctionnels deviennent esthétiques. J'aime les ordinateurs Apple, les ustensils Alessi, les objets de brocante (comme cette lampe) et toutes ces belles choses que je ne peux pas m'acheter. Une fois de temps en temps, quelqu'un fait mon bonheur et m'offre un de ces petits bijoux. Mon appart est un fouillis impossible à travers tout ça. Entre mes goûts rétros et modernes, il y a le fossé des objets toujours (ô, hélas) purement utilitaires. 


Tout ce préambule pour en venir à... Je l'avoue, je suis une magasineuse compulsive. Et je ne me contente pas de faire du lèche-vitrine, je suis aussi une acheteuse compulsive invétérée. Ma carte de crédit peut vous en témoigner, prisonnière du bloc de glace dans laquelle je l'ai enfermée il y a quelques temps pour éviter d'empirer ma situation. Oui, oui, ma carte de crédit se trouve actuellement dans mon congélateur. J'ai quand même pris soin de laisser les chiffres à vue. Au cas... 

Si mes calculs sont bons, mon retour d'impôts devrait m'aider à rétablir ma santé financière... et à libérer ma carte de crédit de sa prison glacée. Je prie tous les soirs (même pas vrai, je suis zéro croyante... même pas l'horoscope, rien !) pour que mes calculs soient exacts, qu'ils ne demandent pas de preuves pour mes frais médicaux (leçon: tout photocopier avant d'envoyer à l'assureur...). 

Je me suis dit qu'en étalant ma compulsion au grand jour, j'en prendrais peut-être conscience. *Tousse, tousse*, pour l'instant, je ne suis pas sûre que ça fonctionne très bien. Par contre, ma carte de crédit se charge très bien de me rappeler qu'il y a des limites. Et les photos... ben là, c'est un peu plus gênant encore. J'ai tellement de vêtements et d'agencements potentiels de vêtements qu'il m'arrivait de m'habiller, de trouver ça beau et de ne plus jamais me souvenir de ce look. De là les photos... 

Je suis gênée...


1 commentaire:

Mireille a dit…

Pas à être gênée. c'est vraimenent mieux que la cocaïne.